Get Adobe Flash player
logo_aqueltaux

Trop de crédits !

Vous cherchez
une banque ou un courtier ?

Nous avons les solutions pour les regrouper ! parce que nous sommes courtier, Intermédiaire en Opérations de Banque, incontournable du rachat de crédit et prêt hypothécaire en France depuis 32 ans.

Vous êtes ICI sur un site de courtier IOBSP, vous avez ICI l'assurance que vos informations ne seront pas vendus à plusieurs courtiers

***Les coordonnées fournies dans notre formulaire de simulation ne seront utilisées que pour l'usage exclusif de Crédimedia, Courtier indépendant des banques, et ne seront en aucun cas communiquées à des tiers.***

Revoir à la hausse ses revenus locatifs !

C’est maintenant sûr, les loyers en 2014 ne risquent plus de flamber. L'indice de référence des loyers (IRL), qui sert de base aux propriétaires pour réviser annuellement leurs baux, n’a progressé que de 0,57% au deuxième trimestre, à 125,15. Soit l’évolution la plus faible depuis quatre ans, cet indice trimestriel suit, en effet, l’inflation.

Il est temps d'étudier une stratégie pour doper ses revenus locatifs, les augmenter en toute légalité. Comment est fixée l'augmentation d'un loyer ? Fonctionnement du système :

Pour une relocation ou le renouvellement d'un bail, l'augmentation proposée par le propriétaire est limitée au montant du dernier loyer, revalorisé sur la base de l'indice de référence des loyers (IRL).
Toutefois, si le loyer est sous-évalué par rapport aux prix pratiqués dans le voisinage, le propriétaire peut proposer un nouveau loyer dans la limite d'un montant maximum. Dans ce cas, il faut distinguer selon que le propriétaire a effectué des travaux d'amélioration ou non (Travaux d'amélioration effectués sur les parties communes ou privatives du logement).

Le loyer peut être augmenté à condition que le coût des travaux réalisés soit au moins égal à la moitié du loyer annuel de la dernière année de loyer. Cette hausse ne doit pas dépasser la plus élevée des 2 limites suivantes :

* soit 15 % du coût total toutes taxes comprises (TTC) des travaux appliqué au loyer annuel (le montant du loyer doit être divisé par 12 pour obtenir la hausse annuelle) ;

* soit la moitié de la différence entre le loyer fixé par référence aux loyers du voisinage pour des logements comparables et le dernier loyer appliqué au précédent locataire ou le dernier loyer appliqué au locataire avant le renouvellement du bail.

Donc pourquoi attendre qu’arrivent de gros travaux onéreux : problème de toiture, chaudière à changer, problème d'humidité, d'isolation ou travaux liés à des dégradations, faites des travaux d'amélioration !

On est sur des besoins en général de 10 à 60 000, euros, suivant le bien immobilier, il faut les financer, comment faire ? avec les augmentation d'impôts votés pour cette année mieux vaut éviter de les auto-financer, il vous faut donc rajouter un prêt pour financer ces travaux ce qui va augmenter votre endettement, ce prêt travaux peut ne pas être accepté par votre banquier ou vous mêmes qui ne voulez pas mettre votre budget en difficulté ?

- Que font la plupart du temps les propriétaires de biens locatifs ? Ils attendent que l'amortissement d’un prêt se termine pour avoir plus de marge de manœuvre !

- Pourquoi ne vendent-ils pas ? Le marché n’est pas porteur actuellement sans compter la fiscalité sur plus-value, sans compter les acheteurs qui n’ont que l’embarras du choix, ils ne vont pas acheter un bien avec de gros travaux !

C’est pour cela qu'existe une solution pour financer vos travaux, profiter de ceux-ci pour augmenter votre loyer, éviter de se « débarasser » d'un bien et faire une mauvaise affaire, cette solution est le regroupement de crédits en incluant le financement de travaux d'amélioration.
Cette piste est intéressante car elle permet de pouvoir conserver son pouvoir d'achat en augmentant la durée d'amortissement du nouveau financement global et de revoir à la hausse ses revenus locatifs !C’est maintenant sûr, les loyers en 2014 ne risquent plus de flamber. L'indice de référence des loyers (IRL), qui sert de base aux propriétaires pour réviser annuellement leurs baux, n’a progressé que de 0,57% au deuxième trimestre, à 125,15. Soit l’évolution la plus faible depuis quatre ans, cet indice trimestriel suit, en effet, l’inflation.

Cette piste est intéressante car elle permet de pouvoir conserver son pouvoir d'achat en augmentant la durée d'amortissement du nouveau financement global et de revoir à la hausse ses revenus locatifs !

Vous êtes sur un site de courtier IOBSP : vous avez, ICI, l'assurance que vos informations ne seront pas vendus à plusieurs courtiers

comparateur

Le saviez-vous ?

Frais de régularisation d’un compte bancaire pour échéances impayées.

Qu’en est-il du taux effectif Global (TEG) dans le cas de rejet de paiement de mensualités, d’échéances de prêt impayées, de même que les frais de régularisation d’échéances avec retard, qui ne sont donc pas payées à bonne date ?

Frais que la banque prélève sur le compte courant de l’emprunteur, ces derniers n’entrent pas dans le calcul du TEG . La Cour de cassation a jugé que ces frais sont la contrepartie de services rendus par la banque afin de permettre le fonctionnement du compte courant et sont donc indépendants du prêt.